La pollution lumineuse nuit !
Engageons la ville pour une véritable trame noire.

Groupe "Territoires"

APCVEB: Groupe "Territoires"

Article | 26 novembre 2020, par Annie DAMON, Caroline ROCH, Elisabeth PENOU, Michel DUNAND, Renaud LAURETTE, Sonia GOUDEAU

Lettre ouverte au Maire de Balma

Objet : Proposition d’actions pour la réduction de la pollution lumineuse

Monsieur le Maire,

La nuit noire est un bien commun à préserver !

“Balma en Transition” est un groupe de citoyens balmanais qui s’est rapproché de l’APCVEB et qui a pour objectif de porter des initiatives citoyennes inspirées par le mouvement des “Villes en Transition”. Nous avons choisi de réunir nos visions complémentaires pour porter à votre connaissance ce sujet qui présente plusieurs thématiques : la protection de la biodiversité, l’économie d’énergie, la sécurité et le bien-être des habitants.

Nous pensons, comme le souligne le chercheur toulousain Samuel Challéat, que « élus, habitants et protecteurs du ciel étoilé et de l’environnement ne défendent pas les mêmes usages de la nuit ». Pour les concilier, il prône « la pédagogie et la concertation  ».

L’État d’urgence est une opportunité !

Compte tenu de l’engagement très fort que la ville de Balma a pris, sous votre initiative, en déclarant en juillet 2019 l’État d’urgence citoyen, écologique et climatique, nous nous adressons à vous pour vous demander de tester puis de développer des actions qui concernent l’éclairage public.

Confinements et couvre-feux, pour une commune “entre ville et campagne”, nous rendent une nature que nous avions délaissée au profit de politiques de développement de la ville et de la Métropole, souvent en contradiction avec l’urgence écologique et climatique. Ces moments particuliers nous permettent de constater concrètement la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) et nous rappellent en même temps le cruel affaiblissement de la biodiversité, marqué par le silence de nos campagnes, de jour comme de nuit.

La campagne de rénovation des éclairages publics que vous mettez en place, réglementée par l’arrêté ministériel du 27 décembre 2018, va dans le bon sens. Les prescriptions de l’article 2 donnent un certain nombre de règles et de libertés aux communes : il incite les gestionnaires d’installations d’éclairage à lancer une réflexion sur les possibilités d’extinction de leurs installations avec les acteurs impliqués dans la lutte contre les nuisances lumineuses au niveau local.

Cette campagne permet de réduire la consommation d’énergie électrique et de rendre un nouvel équilibre entre humains et Nature. Elle permet de « prévenir, limiter et réduire les nuisances lumineuses, notamment les troubles excessifs aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l’observation du ciel nocturne  ».

“Balma en Transition” propose d’aller plus loin !

Ces économies d’énergie sont vertueuses, même si l’impact sur l’effet de serre est toutefois négligeable puisqu’en France, moins de 9% de l’énergie électrique est produite par des sources fossiles émettrices de GES. Par ailleurs, l’argument sécuritaire que vous mettez en évidence dans votre communication n’est pas globalement partagé, et nombre de témoignages plaident au contraire en faveur de l’extinction lumineuse pour la diminution de la délinquance et une meilleure sécurité routière.

C’est donc sur la sauvegarde et l’attention apportées au monde vivant que la commune de Balma devrait se mobiliser, car la pollution lumineuse est une cause reconnue d’érosion de la biodiversité. Certaines communes de la Métropole sont d’ailleurs déjà très engagées dans leur politique de lutte contre la pollution lumineuse, comme Tournefeuille par exemple.

Le groupe éco-citoyen "Balma en Transition" suggère :

  • La mise en place immédiate de durées d’extinction pleine et entière sur l’ensemble de la commune dans les périodes de confinements et de couvre-feux ;
  • La mise en place pérenne et au-delà de la réglementation applicable, d’une extinction pleine et entière de l’éclairage public, par exemple dans les zones résidentielles et des façades commerciales ;
  • La mise en place d’une extinction permanente d’éclairage public dans la “trame verte et bleue” et à ses abords afin de réaliser à Balma une vraie “trame noire” qui permettrait le retour à un équilibre écosystémique normal bénéficiant aux habitants dans leur promenade, mais aussi aux productions nourricières locales qui s’appuient sur cet équilibre naturel (jardins, vergers, agriculture …) ;
  • La mise en place d’une commission citoyenne permettant d’étudier et de préparer, dans le cadre de la révision des SCoT et PLUiH, une requête élevant les réservoirs de biodiversité et les corridors écologiques au statut de “trame noire”.

La réussite de ces actions pourrait, de plus, vous permettre d’envisager d’obtenir le label “Villes et villages étoilés” et devenir un marqueur politique de vos actions.

Espérant pouvoir compter sur l’implication de notre commune, nous restons à votre disposition pour vous rencontrer sur ces sujets. Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

Le groupe "Balma en Transition"

Documents

Lettre : propositions d’actions pour la diminution de la pollution lumineuse à Balma
PDF - 195.5 ko
Affiche de présentation de Balma en Transition
PDF - 477.7 ko

Sujets associés

Biodiversité