L’APCVEB accueille : Balma en Transition

Groupe "Balma en Transition"

APCVEB: Groupe "Balma en Transition"

Article | 21 février, par Webmestre

Suite à plusieurs rencontres, des citoyens de Balma se sont regroupés pour imaginer et élaborer des propositions locales face aux défis que posent le changement climatique et la raréfaction des ressources naturelles.

Ces objectifs étant cohérents avec les valeurs de l’APCVEB, ce groupe de citoyens s’est rapproché de l’association pour un échange de vues. Cet échange se traduit aujourd’hui par la création d’un nouveau groupe au sein de l’APCVEB.

Le groupe Balma en Transition qui s’inscrit dans le mouvement des “Villes en transition”, souhaite sensibiliser et mobiliser les populations locales à modifier nos façons de vivre pour créer une ville plus résiliente. En tissant des liens autour de lieux de rencontres et d’échanges, émergeront des solutions créatives, solidaires et innovantes.

Le bien-être, la nature, la culture, l’éducation, le partage mais aussi une culture de solidarité qui prend soin du groupe et de l’individu sont au centre de nos préoccupations.

Sujets associés

Gouvernance locale
Développement durable

A noter

Le mouvement des villes en Transition (Transition Towns), est né en Grande-Bretagne en 2006 à Totnes. L’enseignant Rob Hopkins a créé le modèle de transition avec ses étudiants. Il y a aujourd’hui plus de 2000 initiatives de Transition dans le monde, en 50 pays, dont 150 en France, réunies dans le réseau International de la Transition.

Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (bourg, quartier d’une ville, village…), à prendre conscience, d’une part, des profondes conséquences que vont avoir sur nos vies la convergence de l’épuisement des réserves d’énergies fossiles et du dérèglement climatique et, d’autre part, de la nécessité de s’y préparer concrètement. Il s’agit de mettre en place des solutions fondées sur une vision positive de l’avenir et qui visent à :

  • réduire fortement, individuellement et collectivement, la consommation d’énergie d’origine fossile et nos émissions de CO2
  • renforcer la résilience de nos territoires, leur capacité à absorber les chocs à venir, par une relocalisation de l’économie (alimentation, énergies renouvelables…)
  • renforcer les liens, les solidarités et la coopération entre l’ensemble des acteurs du territoire
  • acquérir les compétences qui deviendront nécessaires au renforcement de notre autonomie.