Un petit pas pour l’homme…

AG 2019

Article | 15 mars, par Michel DUNAND

Cet article fait partie de la Lettre 2019, distribuée courant Mars à l’ensemble des balmanais en amont de l’Assemblée Générale.

Confrontés à un monde fini, marqué par l’évolution du climat et la perte de notre environnement naturel, nos modèles économiques et sociaux se fissurent.

Les inégalités se creusent tandis qu’un certain nombre de personnes conçoivent un avenir indépendant de celui du reste du monde.

Des « alarmes » se déclenchent (gilets jaunes, migrations, villes polluées …) qui ne pourront être levées qu’en agissant sur plusieurs composantes de notre société.

Depuis plusieurs années, les réflexions et les actions de l’APCVEB s’organisent dans une pensée globale où cadre de vie, urbanisation, accueil des populations sont liés à biodiversité, agriculture saine, information partagée et démocratie participative.

Nous pensons qu’il est possible, à notre échelle, d’agir sur notre futur : Nous nous impliquons dans les projets publics (PLUiH, Projet Mobilités 2020-2025-2030, Dessine-moi Toulouse, COnseil de DEVeloppement de Balma), initions des propositions d’Espaces Naturels Sensibles et des débats publics. Nous mettons en place des initiatives (Biodiv.Balma, Collectif Terres Fertiles) et contribuons à faire émerger une vision territoriale partagée par les différents acteurs de notre démocratie, élus, habitants et associations, pour une transition écologique du Bassin Versant de l’Hers.

Nous savons que nous ne pourrons pas infléchir le cours de la politique d’urbanisation de la Métropole sans un dialogue constructif avec nos élus.

Ceux-ci ont déjà engagé des actions positives : classement de parcelles en Zone Agricole et Zone Nature, en Espaces Verts Protégés, en Secteurs de Biodiversité, action contre l’augmentation de la circulation de semi-remorques sur Lasbordes, réflexions partagées sur le secteur de Prat-Long et l’aménagement du secteur autour de la route de Castres.

D’autres actions sont contestables car elles ne prennent pas pleinement la mesure des enjeux écologiques, par exemple : dévelop-pement pavillonnaire au détriment des centralités, accord pour le dévelop-pement de la jonction Est augmentant la part de la voiture, accord pour un accès routier à l’extension urbaine de Rebeillou dans une zone agro-naturelle de qualité.

Il faut continuer à oeuvrer ensemble pour faire émerger de nouvelles actions positives intégrant les différents enjeux écologiques. Contribuez à faire de ces enjeux une priorité en participant à ces actions.