Centrale à béton à Flourens
Menaces sérieuses sur le Noncesse et la centralité de Lasbordes

Agora

Article | 28 avril, par Annie DAMON, Michel DUNAND, Renaud LAURETTE

L’environnement et le cadre de vie des habitants du quartier de Lasbordes pourraient prochainement et durablement vivre un bouleversement inattendu en provenance de la commune de Flourens. Le projet d’une « centrale à béton », s’il voit le jour, remettrait en cause le développement de ce petit quartier qui ne demande, comme le souligne l’avis du Conseil de Développement (CODEV) de Balma, qu’à devenir une des « centralités agréables à vivre, sécurisées et très accessibles à pied ou en modes doux (qui) facilitent les activités culturelles, sociales et commerciales de proximité… ».

En effet la zone industrielle de la Madeleine qui accueillait déjà la société de concassage Caro TP voit émerger sur une parcelle voisine, les fondations d’une usine de béton prêt à l’emploi, à l’enseigne de la société Garrouste Béton.

Vers quel quartier « apaisé » allons-nous ?

Les premières prévisions sur le nombre de passages de camions, qui vont circuler toute la journée, sont alarmantes. Selon l’association « Flourens en éveil », la centrale à béton pourrait générer, à la haute saison des chantiers de BTP, jusqu’à 140 passages quotidiens de camion malaxeurs (toupies) et semi-remorques, auxquels il faut ajouter une vingtaine de passages de camions de la société Caro TP. La mairie de Balma n’ignore pas ces menaces tablant elle, sur une moyenne de 100 passages par jour.

Cette noria de poids lourds empruntera principalement la route de Flourens (en pointillés rouges sur la carte) en plein centre du quartier de Lasbordes. Le trafic généré par Garrouste Béton dans la zone piétonne, constitue une sérieuse menace pour la sécurité des nombreux piétons se rendant au city parc, à la maison de la petite enfance et dans les commerces de proximité, ainsi qu’aux habitants de la résidence Pierre Ribet et des riverains.

En outre, cet axe est considéré comme pouvant jouer un rôle majeur dans la structure d’un cœur de quartier actif tel que le propose le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) de Toulouse métropole et le CODEV de Balma.

L’implantation, dans la ZI de la Madeleine, d’une seconde entreprise polluante (classées ICPE [1]) menace donc clairement aujourd’hui le développement de ce quartier mais elle entraînerait aussi un danger pour la sécurité et une dégradation du cadre de vie des habitants et des usagers des commerces.

Nous nous inquiétons d’autant plus que nous avons constaté, ces dernières semaines, la réfection de ce tronçon de route. Les travaux, apparemment destinés à faciliter la circulation des camions de gros tonnage, ont supprimé le petit trottoir central qui matérialisait l’axe de la voie et imposait une vitesse très ralentie.

La biodiversité du Noncesse est-elle en danger ?

Le bassin versant du Noncesse est un des milieux les plus riches en biodiversité sur la commune de Balma. Cette richesse est dû à la juxtaposition d’un bois, d’une prairie et d’une rivière dont la qualité des eaux est un facteur clef pour garantir l’équilibre de l’ensemble. Afin de valoriser et pérenniser ce milieu, nous avons récemment proposé, avec d’autres associations, la sauvegarde, la renaturation et la valorisation du ruisseau du Noncesse en élaborant un projet d’Espace Naturel Sensible (ENS) (voir notre article).

Compte tenu de l’environnement naturel, nous demandons que les installations nouvelles à proximité de la source du Noncesse, fassent l’objet d’un moratoire dans l’attente d’une évaluation environnementale approfondie. Il s’agit de de prévenir toute modification durable de l’écosystème du bassin versant, qui pourrait par exemple être dus à des émissions de poussières, au pompage d’eau dans le sol, à la présence ou stockage de produits et/ou déchets, ainsi qu’à la circulation répétée des camions. Il convient également de s’interroger sur la cohérence entre une l’installation d’une activité de cette nature et la valorisation des milieux naturels autour du Noncesse, et jusqu’en vallée de l’Hers, tel que proposé par le projet d’ENS.

Une réflexion intercommunale est nécessaire.

Nous avons récemment alerté la Mairie de Balma à propos des menaces engendrées sur notre commune par cette évolution de la ZI de Flourens en pôle de BTP. Nous sommes en attente d’une réponse à notre courrier.

Nous souhaitons qu’une réflexion intercommunale Balma-Flourens soit mise en œuvre rapidement, en concertation avec les associations et les habitants des deux communes, et que les chantiers d’installation soient suspendus durant cette période afin de permettre la prise en compte du résultat de cette réflexion.

[1] En France, une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) est une installation exploitée ou détenue par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peut présenter des dangers ou des nuisances pour la commodité des riverains, la santé, la sécurité, la salubrité publique, l’agriculture, la protection de la nature et de l’environnement, la conservation des sites et des monuments (wikipédia).