Noir c’est noir ! Il n’est jamais trop tard !

Agora

Article | 19 février, par Jean-François ALBERT

Cet article fait partie de la lettre annuelle 2018, distribuée à l’ensemble des balmanais en mars 2018.

Dans notre lettre de 2004, nous faisions allusion aux nuisances générées par la pollution lumineuse, phénomène bien connu des astronomes amateurs contraints de s’éloigner de la métropole urbaine pour observer étoiles et planètes.

Énergie

De substantielles économies d’énergie peuvent être réalisées grâce à des solutions de modulations d’éclairage :

  • utilisation de réflecteurs efficaces pour renvoyer la lumière vers le bas,
  • utilisation de lampadaires à LED (à condition de ne pas en abuser),
  • utilisation d’éclairages passifs (bornes réfléchissantes, catadioptres… ),
  • dispositif de détection de présence de piétons et de modulation de l’intensité lumineuse,
  • dispositif d’allumage à l’aide d’une application smartphone (expérience Préfailles 44)…

Biodiversité

Grâce à notre piège photographique, nous avons observé de nombreuses espèces balmanaises très actives la nuit : blaireaux, renards, sangliers, lapins, chevreuils… Sous la recommandation de l’Association Nationale de Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes, la notion de « trame nocturne » est entrée dans la loi biodiversité depuis 2016 afin de protéger la biodiversité animale et végétale qui a besoin d’une nuit de qualité pour vivre.

L’APCVEB demande qu’une réflexion soit amorcée au niveau local pour optimiser l’éclairage public sur notre commune (en particulier dans les rues équipées d’anciens lampadaires) et définir des périodes d’extinction aux heures où l’éclairage est inutile.

JPEG - 51.5 ko
L’allumeur de réverbères
« Pourquoi tu éclaires, pourquoi tu éteins ? » dit le Petit prince à l’allumeur de réverbères. « Parce que c’est la consigne ! »